Taux de transaminases SGPT élevé : causes, symptômes et traitement

Transaminases SGPT élevé fatigue : tout ce qu’il faut savoir

Les transaminases constituent l’une des grandes lignes à surveiller lors des bilans sanguins. Présents dans les globules rouges, ces enzymes permettent de révéler le dysfonctionnement d’un organe (muscle, foie, cœur, cerveau, rein…) ou plusieurs maladies. On distingue deux catégories de transaminases : les ASAT et les ALAT.

Les transaminases ALAT sont également connues sous le sigle SGPT et sont surtout présentes dans le métabolisme hépatique. Lorsque le foie est touché par une maladie, les cellules atteintes créent une augmentation de transaminases qui se manifeste notamment par une fatigue anomale. Il est donc important de surveiller son taux sanguin de SGPT afin de prendre les mesures adéquates.

Quand peut-on avoir un taux de transaminases élevé ?

Les transaminases SGPT (Sérum Glutamate Pyruvate Transaminase) permettent de détecter les maladies hépatiques qui sont souvent asymptotiques. Une augmentation de leur taux dans le sang est alors le reflet d’une souffrance cellulaire au niveau du foie. Les facteurs en cause sont entre autres :

  • Une hépatite infectieuse virale (mononucléose infectieuse, varicelle-zona ou VIH) ;
  • Un trouble hépatique secondaire (cirrhose, toxoplasmose, syphilis, septicémie) ;
  • Une hépatopatie alcoolique due à la consommation excessive d’alcool ou de drogues intraveineuses ;
  • Une obésité ou un diabète ;
  • La prise de certains médicaments (notamment achetés sur internet) ;
  • Etc.

Il n’y a pas un taux normal standard pour vérifier une hypertransaminasémie. Ce taux s’exprime en unités internationales par litre de sang (UI/L) et varie d’un laboratoire à un autre. À l’âge adulte, il est généralement compris entre 8 et 35 UI/L chez les hommes, et entre 6 et 25 UI/L chez les femmes. Le taux sanguin SGPT est proportionnel à la gravité de l’atteinte du foie, à l’exception des maladies chroniques.

Avec les transaminases ASAT ou SGOT (sérum-glutamyl-oxaloacétate-transférase) que l’on retrouve surtout dans le cœur, les transaminases SGPT orientent le clinicien sur la nature d’une anomalie spécifique. Celui-ci penchera pour un problème hépatique si le taux sanguin SGPT est supérieur au taux sanguin SGOT, et pour un problème cardiaque ou musculaire dans le cas contraire (sauf en cas de taux d’alcool élevé dans le sang).

La fatigue comme symptôme d’un taux sanguin SGPT élevé

La fatigue comme symptôme d’un taux sanguin SGPT élevé

Il existe des symptômes liés à l’augmentation des transaminases dans le sang. Il peut s’agir d’une fatigue anormale chez le patient, ce qui doit amener à suspecter une maladie chronique avancée. On peut également noter un ictère, une ascite, une fièvre, de la jaunisse, des nausées ou plus généralement une altération du bien-être du patient.

Néanmoins, il faut garder à l’esprit qu’une hypertransaminasémie modérée (légère augmentation du taux) présente rarement de symptômes. Dans ce cas, seul un bilan sanguin permettra de la confirmer à la suite d’une série d’examens qui comprend une échographie du foie, une biopsie hépatique et parfois une radiologie.

Comment réguler son taux de transaminases ?

Il n’existe pas de traitement spécifique pour réduire les transaminases dans le sang. La prise en charge consiste plutôt à corriger ou à traiter l’origine de l’augmentation. Ainsi, selon l’origine identifiée, il s’agira de soigner une maladie hépatique, de perdre du poids, de réduire la consommation d’alcool ou  d’arrêter la prise d’un médicament potentiellement hépatotoxique. Toutefois, si la hausse du taux sanguin SGPT est fréquente chez une personne, ayant par exemple une prédisposition familiale à une maladie hépatite, l’hypertransaminasémie peut persister malgré le traitement de la cause à l’origine.

Articles similaires

4.3/5 - (3 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *